Zwischen Genres und Medien: Formen moderner Prosa in Frankreich

Sektionsleitung: PD Dr. Nanette Rißler-Pipka (Siegen), Dr. Christof Schöch (Würzburg)

Aperçu de la section

La transgression au sens d'un dépassement ou d'une mise en question de prescriptions déterminées par les genres et les médias est une des caractéristiques de la littérature française depuis le début du XXe siècle. L'interrogation que nourrit une telle formule sans doute simplificatrice est celle d'un nouveau rapport entre les genres et les médias dans le contexte d'une telle transgression. Dans notre 'protocole expérimental', nous proposons de mettre au centre un genre que nous ne désignons justement pas par le terme de "roman", du "poème en prose" ou de la "nouvelle", mais simplement par celui de "prose". Nous voudrions nous interroger sur les formes de prose moderne qui dépassent leur genre d'origine, qui se mêlent a d'autres genres ou médias, et qui ce faisant découvrent de nouvelles formes hybrides ou intermédiales.

Le domaine ainsi esquissé est relativement large et concerne également les débats récents en narratologie, poétique des genres, intermédialité / intersémiotique et l'hybridisation (on peut penser aux travaux de Rabatel, Genette, Nünning, Combe, Rajewsky, Spielmann). Avec l'atelier, nous voudrions reprendre les fils de ces débats et montrer, exemples concrets à l'appui, quel potentiel épistémologique est associé à ce type de réflexion théorique. Ce faisant, nous voudrions également inviter à une transgression méthodique : qu'apportent les méthodes établies d'une lecture précise, exemplaire, théoriquement fondées d'une part, les nouvelles méthodes quantitatives de l'analyse des textes numériques (Jannidis, Ramsay, Jockers) d'autre part, à l'étude de la prose moderne et à ses transgressions génériques ou médiales ? Quelles sont leurs limitations respectives ? Nous sommes guidés dans cette entreprise par la conviction que les deux approches offrent des perspectives très différentes sur les nombreuses facettes de la question, perspectives qui sont complémentaires ou qui peuvent participer, conjointement, à l'examen d'une hypothèse spécifique.

Certaines questions pourraient se révéler particulièrement aptes à être explorées à l'aide de grandes collections de textes et avec des méthodes de l'analyse quantitative des textes. Est-ce que de telles procédures pourraient nous permettre de circonscrire de nouveaux groupes de textes de prose moderne aux caractéristiques communs ? Est-ce que des structures émergent qui nous permettraient de repenser le rapport d'un genre littéraire à d'autres médias / systèmes sémiotiques ? Ou bien est-ce que le caractère de la prose moderne n'est-il pas précisément de se refuser à toute reprise de caractéristiques communes, ce qui serait une difficulté pour les approches quantitatives ? En revanche, il paraît essentiel d'étudier justement ces textes irréductiblement uniques, qui ne se résument à aucune structure établie et se refusent à toute régularité. Comment ces textes uniques de la prose moderne réussissent-ils non seulement à capter notre attention, mais encore de devenir un modèle et de devenir le fondement d'un nouveau sous-genre ? Est-ce que les textes que nous avons l'habitude de classer comme roman d'avant-garde, poème en prose, nouveau roman, roman post-avant-garde, roman mémoriel ou roman policier, est-ce que ces textes représentent-ils effectivement des ensembles cohérents, ou est-ce que leurs propriétés singulières prennent-elles le dessus ? Comment une dialectique méthodique entre le large aperçu quantitatif et l'analyse approfondie d'un seul texte peut-elles devenir productrices ? Le champ ouvert par les différences entre les groupes de textes statistiquement similaires et les catégories qui nous viennent de l'histoire littéraire établie promettent en tout cas matière à d'amples débats.

Pour aborder les interrogations que nous venons d'esquisser et dans l'une ou l'autre perspective analytique, l'œuvre en prose d'auteurs qui ont donnés une nouvelle impulsion au genre romanesque nous semble, d'une part, riche en possibilités. On peut penser à des auteurs comme Gide ou Proust, comme Sarraute, Robbe-Grillet, Simon, Duras, Butor ou Perec, ou encore à Manchette, Daeninckx, Bon, Echenoz, Toussaint ou NDiaye. D'autre part, nous pensons à des auteurs qui ont employé et développé d'autres formes de prose ou qui ont inventé de toutes nouvelles formes, auteurs qui peuvent par exemple être associés aux avant-gardes, tels que Leiris, Picasso, Duchamp, Cahun ou Ponge. Il serait aisé de prolonger cette liste et nous sommes ouverts pour toute proposition pertinente, dans l'espoir de pouvoir rassembler des contributions qui balisent un vaste champ de sous-genres de la prose moderne française et qui permettront de montrer la richesse des transgressions génériques et médiatiques qui portent ces textes.

 

Vous trouvez une présentation détaillée de la section incluant les communications diverses ici. (dernière remise à jour le 22/09/2016)

Vous pouvez également télécharger l'horaire prévue pour la section sous ce lien.

De plus, vous trouvez le programme remis à jour sur romanistik.de (suivre le lien).

Actualités


 

Avertissement : Dernières nouvelles, p. ex. des changements d'horaires dans les sections, seront publiées sous "Informations pratiques".

 

Le programme complet pour le congrès des francoromanistes avec toutes les informations importantes, les présentations détaillées et les horaires est dès maintenant disponible ici.

 

Depuis peu vous pouvez télécharger les présentations détaillées des sections et les horaires prévues dans les sections correspondantes !

 

A partir d'aujourd'hui, l'inscription au congrès est ouverte. Vous trouvez l'inscription ici.

 

Vous pouvez télécharger dès maintenant le formulaire pour la réservation d'hôtel sous ce lien.

Dès maintenant, vous pouvez réserver votre chambre aussi en ligne sous ce lien.