Katrin Herms

Katrin Herms

Digitale Kollaboration. Rechtspopulismus und Social-Media-Kommunikation in Deutschland und Frankreich: eine Analyse am Beispiel der Pegida-Bewegung und des Front National

Depuis une quinzaine d'années, nous observons une montée des tendances nationalistes en Europe. La poussée de droite se produit à la fois au niveau de l'opposition parlementaire et au niveau des militants des rues. Cette contribution part de l'observation que les discours du parti politique français Front National (FN) et du mouvement citoyen allemand Pegida se ressemblent et s'entrecroisent dans les réseaux sociaux, notamment sur Facebook, Twitter et Youtube. Afin d'apporter quelques premiers constats par rapport aux structures de ce nouveau contre-discours européen, nous avons mené une analyse du discours numérique de Marine Le Pen et Lutz Bachmann, les leaders des deux mouvements pris pour exemples. Pour chacun des deux acteurs, nous avons sauvegardé sous forme de tableau 3200 Tweets ainsi que six semaines de communication sur Facebook, ce qui inclut des 'posts' et des commentaires tirés des années 2015/16. Ce corpus a été analysé sur le fond et sur la forme en se concentrant sur les thèmes phares: le terrorisme en France, la crise migratoire en Allemagne et le Brexit. Premièrement, les résultats suggèrent que l'usage des réseaux sociaux soutiennent la construction d'une identité collective, base de la dichotomie stéréotypée entre l'image de 'nous, le peuple honnête' et 'les autres' (élites, gouvernement, presse, immigrants musulmans). Deuxièmement, le principe d'intertextualité des réseaux sociaux se prête à créer des inter-références thématiques, une autre caractéristique-clé du populisme de droite. Troisièmement, l'échange et la solidarisation entre les nationalistes sert à mobiliser les militants grâce à la force du grand nombre.