Linking Borderlands: dynamiques de périphéries des régions frontalières

Les frontières internes européennes ont obtenu depuis le printemps 2020 une nouvelle visibilité et importance: dans le cadre de la pandémie de la COVID-19, les passages de frontières au sein de l’Union européenne ont été contrôlés en partie de manière renforcée voire ont été fermées. Trente ans après la signature du traité de Schengen en 1985, des frontières sont à nouveau réapparues, ce qui nous a montré en même temps de quelle manière les régions frontalières sont liées entre elles. Il s’agit d’accorder à ces espaces liés davantage d’attention – de les remettre de la périphérie vers le centre. En association avec plusieurs partenaires, les espaces frontaliers aux limites de l’Allemagne seront comparés de différents points de vue de manière interdisciplinaire.

Le projet d’association “Linking Borderlands: dynamiques de périphéries des régions frontalières” – subventionné grâce à des fonds du Ministère fédéral de la Culture et de la Recherche – a pour objectif dans le contexte des réflexions d’introduction, de mettre l’accent sur les régions frontalières européennes en tant que zones de contact et domaines de passage en périphérie nationale. Les voies de développement ainsi que les bouleversements dans les Borderlands peuvent ainsi être mis en lumière. L’accès commun est formé par les Border Studies, qui se sont développés au fur et à mesure de manière renforcée depuis les années 90 et permettent un travail interdisciplinaire des questions régionales frontalières.

En commun avec le consortium de l’Université de la Sarre (partenaire leader), de l’Université Technique de Kaiserslautern, de l’Université européenne Viadrina à Francfort s/Oder und de l’Université Technique Brandenbourgeoise de Cottbus-Senftenberg, on effectue des rapprochements avec la Grande-Région SaarLorLux+ et la région frontalière de Brandebourg/Lebus, afin de mettre les deux zones frontalières en relation, étant donné qu’elles présentent une profondeur de lien différente selon le décalage pour l’intégration dans l’Union européenne.

  • Transfert et apprentissage de stratégie
  • Pratique sociologique et langue dans le contexte de la formation professionnelle
  • Processus de négociation culturelle dans le film
  • Cultures de planifications
  • Transitions énergétiques

Au-delà du Linking de Borderlands axé sur la recherche, le projet suit l’objectif d’établir une coopération entre le UniGR-Center for Border Studies et le Viadrina Center Borders in Motion et de contribuer ainsi à la pérennisation de la recherche de l’espace frontalier ainsi qu’au renforcement supplémentaire dans le groupement.

L’Equipe des Etudes européennes travaille en collaboration avec Peter Dörrenbächer et le groupe de travail autour de Ludger Gailing à Cottbus sur le projet partiel “Energy Borderlands: transitions énergétiques d’espaces d’énergie des régions transfrontalières”: Global Change s’est développé ces dernières années vers une thématique centrale qui déploie, hormis les effets écologiques, également des implications politiques, économiques et culturelles. Un composant important sont les changements dans l’obtention et la distribution de l’énergie en tant que transition fondamentale vers une énergie à réduction de carbone, en sachant que déjà au 19e et 20e siècle, des glissements majeurs se sont produits. Dans les régions d’étude de la Grande Région et de Brandenbourg-Lebus, différentes voies de développement des vecteurs d’énergie tels que le charbon, le nucléaire et les énergies renouvelables se heurtent. Comment se développent ces espaces d’énergie en particulier au début du 21e siècle entre les conditions générales globales et européennes, les politiques nationales et les objectifs fixés qui en découlent ainsi que les mises en pratique régionales et locales? Le lien vers un accès à un discours analytique et d’une théorie géographique (TPSN: territory, place, scale, network) avec des aspects des Border Studies permettent une différenciation et une comparaison des Borderlands et ces contructions d’espaces en tant qu’espaces d’énergie socio-matériels de grade de ramification différents.

Cinq points essentiels attirent notre attention, afin de pouvoir conseiller les décideurs en politique et société pour les thèmes actuels concernant les problématiques et chances de la coopération transfrontalières:

  • Policy Borderlands:Transfert et apprentissage de stratégie en comparaison Est-Ouest
  • Communicative Borderlands: Pratique sociologique et langue dans le contexte de la formation professionnelle en comparaison Est-Ouest
  • Hybrid Borderlands: Processus de négociation culturelle dans le film en comparaison Est-Ouest
  • Planning Borderlands: Cultures de planifications et intérêt general en comparaison Est-Ouest
  • Energy Borderlands: Transitions énergétiques en comparaison Est-Ouest

Au-delà du Linking de Borderlands axé sur la recherche, le projet suit l’objectif d’établir une coopération entre le UniGR-Center for Border Studies et le Viadrina Center Borders in Motion et de contribuer ainsi à la pérennisation de la recherche de l’espace frontalier ainsi qu’au renforcement supplémentaire dans le groupement.

 

Energy Borderlands: transitions énergétiques dans les espaces énergétiques transfrontaliers

L’Equipe des Etudes européennes travaille en collaboration avec Peter Dörrenbächer et le groupe de travail autour de Ludger Gailing à Cottbus sur le projet partiel “Energy Borderlands: transitions énergétiques d’espaces d’énergie des régions transfrontalières”: Global Change s’est développé ces dernières années vers une thématique centrale qui déploie, hormis les effets écologiques, également des implications politiques, économiques et culturelles. Un composant important sont les changements dans l’obtention et la distribution de l’énergie en tant que transition fondamentale vers une énergie à réduction de carbone, en sachant que déjà au 19e et 20e siècle, des glissements majeurs se sont produits. Dans les régions d’étude de la Grande Région et de Brandenbourg-Lebus, différentes voies de développement des vecteurs d’énergie tels que le charbon, le nucléaire et les énergies renouvelables se heurtent. Comment se développent ces espaces d’énergie en particulier au début du 21e siècle entre les conditions générales globales et européennes, les politiques nationales et les objectifs fixés qui en découlent ainsi que les mises en pratique régionales et locales? Le lien vers un accès à un discours analytique et d’une théorie géographique (TPSN: territory, place, scale, network) avec des aspects des Border Studies permettent une différenciation et une comparaison des Borderlands et ces contructions d’espaces en tant qu’espaces d’énergie socio-matériels de grade de ramification différents.

 

Dans le Campus-Magazin de l'Université de la Sarre et par le Saarländischen Rundfunk un reportage a été diffusé le 26 avril 2021 sur le début du projet. Le BMBF a également rendu public le projet sur Twitter. Dans un article détaillé, le projet a également été présenté dans le Saarbrücker Zeitung du 11 mai 2021 sur la page des Universités, B5.