07/11/2019

Au-delà des stéréotypes - Les richesses sociales et culturelles des espaces périurbains en France

Entretien franco-allemand

avec Jean-Marc Stébé, Université de Lorraine, Nancy

Jeudi 7 novembre 2019 à 18h15, Campus A4 2, salle 2.11.1

Invité par: Florian Weber, Géographie

La conférence sera traduite simultanément en allemand.

[plus d'infos]

Résumé

A partir du moment où l’on parle des territoires périurbains, les stéréotypes dévalorisants sont légion. Le périurbain ne serait pas "moral" car il incarnerait l’espace du repli sur soi et de l’égoïsme; il participerait d’une dénaturation du monde rural avec l’arrivée des néo-ruraux dans des lotissements pavillonnaires interminables et "sans âme"; il serait aussi responsable de la détérioration de l’environnement dans le sens où il consommerait les espaces agricoles et naturels en multipliant les infrastructures routières et en pesant ainsi sur la facture carbone. D’aucuns y voient ainsi l’avènement d’une "France moche" en réduisant le périurbain à ses hangars commerciaux, à ses plateformes logistiques, à ses proliférations de maisons individuelles et à ses longues entrées d’agglomérations saturées de panneaux publicitaires et de parkings démesurés.

Dans toutes ces invocations péremptoires et ces images caricaturales, il y a, à bien y regarder, certainement un peu de vrai, mais aussi beaucoup de faux. Ici plus que jamais la prudence s’impose afin d’éviter de voir dans le périurbain une entité à l’origine de tous les maux actuels de notre société.

Les recherches en sciences humaines et sociales, menées depuis maintenant une quarantaine d’années, permettent de nuancer les visions stigmatisantes et outrancières qui ont été diffusées à l’endroit du périurbain. Notamment, elles montrent à quel point les espaces périurbains sont en relation permanente et étroite tant avec les villes-centres qu’avec le monde rural, si bien qu’opposer une "France des métropoles" à une "France de la périphérie" apparaît trop simpliste et réducteur. Mais plus encore, les recherches en la matière mettent en évidence qu’il s’agit d’espaces pluriels et diversifiés, que ce soit sur le plan social ou sur le plan spatial. Les études montrent enfin que les territoires périurbains sont la scène de nouvelles pratiques citoyennes, d’innovations économiques ou encore de recherches-actions associant élus, chercheurs et habitants.