Carolin Fischer

Carolin Fischer

Lyrik-Übersetzung als Kulturtransfer

[La traduction poétique comme transfert culturel]

 

Cette contribution met en lumière trois topoi propres à la traduction poétique. Dans une première partie, on opposera à la conception de l’impossibilité de transposer la poésie dans une autre langue la pratique millénaire de la traduction poétique, pratique dans laquelle même la poésie traduite participe à des processus de réception productive.

Différents points de vue portant sur la notion de ‘traduction-tradition’ depuis le XVIIIe siècle seront ensuite présentés de manière contrastive. Il s’avère alors que la controverse entre sourciers et ciblistes (Jean-René Ladmiral), c’est-à-dire la question de savoir si une traduction doit rester plutôt fidèle au texte original ou s’adapter au public cible, avait déjà cours à l’époque des Lumières. Il en résulte que chaque traduction apparaît comme le résultat d’un transfert culturel, linguis­tique, spatial et aussi fréquemment temporel, cependant que les spécificités du genre poétique posent des problèmes supplémentaires et que le niveau sémantique est souvent négligé au profit de la forme, ce qu’illustrent des exemples en conclusion.

 

Contact

Université de la Sarre
Pôle France – Frankreichzentrum
Rédaction

Campus A4 2, bureau 2.06
66123 Sarrebruck

 

Tél.: +49 681 302-64062
Fax: +49 681 302-4963

fz-redaktion@mx.uni-saarland.de